Le Ray-Grass Anglais porte-graine

Multiplication de semences de ray-grass anglais

Le ray-grass anglais est l’espèce de graminées la plus multipliée en France dans les bassins de production de Champagne et de Picardie. Les surfaces sont de l’ordre de 2000 à 4000 ha selon les années.

Fiche d’identité de l’espèce

Le Ray-Grass Anglais (Lolium perenne L.) est une monocotylédone de la famille des poacées (graminées).

Plus de 150 variétés de ray-grass anglais sont inscrites au catalogue français. Elles se répartissent de manière égale entre les types fourragers et les types gazons. La plupart des variétés sont diploïdes (2n = 14 chromosomes) mais il existe aussi des variétés tétraploïdes (4n = 28 chromosomes).

Cycle de la plante

  • Tallage : correspond à l’émission d’organes en automne et au début du printemps qui resteront végétatives ou deviendront reproductrices.
  • Vernalisation : pour monter à graine une talle de ray-grass doit subir deux types d’induction :
  • primaire : la plante a besoin d’une période assez longue (10 à 15 semaines) de froid et de jours courts.
  • secondaire : la talle doit ensuite subir des jours longs c’est à dire avec une durée de lumière dépassant un certain niveau.
  • Montaison : A la sortie de l’hiver, les tiges des talles reproductrices s’allongent et il existe, une forte compétition entre talles pour l’alimentation minérale et la lumière.
  • Epiaison : Le stade début épiaison est considéré comme atteint lorsque 10 épis sont apparus sur un mètre linéaire. Stade sur lequel s’établit le niveau de précocité des variétés.
  • Floraison : 15 jours à trois semaines après épiaison. Fleurs groupées en épillet. Espèce allogame (fécondation par du pollen d’une autre plante), transport du pollen par le vent. Un temps chaud, ensoleillé et légèrement venté favorise l’émission et la dispersion du pollen. Une verse trop précoce, avant le début floraison contrarie l’émission du pollen et la fécondation des fleurs.
  • Maturation assez rapide, la viabilité des graines est atteinte deux semaines après la floraison. La récolte a lieu en juillet ou août, selon la précocité variétale et les régions.

Exigences de la culture

Exigences réglementaires

Il existe des normes de qualité à respecter pour pouvoir certifier une production :

En culture : précédent, isolement, pureté d’espèces, pureté variétale

Sur semences :

  • Faculté Germinative : 80 % minimum
  • Pureté spécifique : 97 % minimum
  • Teneur maximales en semences d’autres plantes : chiendent (0,5%), vulpin (0,3%), folle avoine (0 graine).

Exigences vis-à-vis du sol

Sol à bon pouvoir de rétention en eau, mais il est possible d’installer la culture dans un sol à réserve hydrique plus faible, à condition de prévoir une irrigation d’appoint. Le sol doit être sain, sans être nécessairement très profond.

Sols trop « poussants » ou possédant un taux de matière organique très élevé peuvent être un handicap car un excès de végétation génère de la verse et nuit à la production de graines.

Sols le plus propre possible à l’égard des adventices et, totalement indemnes de ray-grass et de chiendent.

Exigences vis-à-vis du climat

Un automne sec et frais ne permet pas une implantation rapide et un bon enracinement

Des gelées précoces sont susceptibles de générer, dans les sols superficiels, le déchaussement des jeunes plantules.

Un hiver où des températures trop douces provoquent un excès de végétation

Le ray-grass anglais est particulièrement sensible au déficit hydrique en début de montaison, ce qui limite le nombre et le développement des talles qui participeront le plus au rendement grainier.

Un été sec, frais et ensoleillé est favorable à la pollinisation et au remplissage des graines, ainsi qu’au bon déroulement de la récolte. Un été chaud et sec peut compromettre le redémarrage automnal après une récolte de semences

Itinéraire technique de base

  • Implantation soignée (sol fin, tassé), nécessitant plus de temps que pour une céréale
  • Désherbage antigraminées délicat, le choix d’une parcelle propre est indispensable
  • Maladie : sensibilité aux rouilles qui demande une vigilance accrue de la fin montaison jusqu’à fin du cycle. Sensibilité variétale à prendre en compte.
  • Récolte : délicate quant au choix de la date d’intervention et à la préparation du matériel.
  • Séchage : indispensable pour assurer une ventilation du produit après la récolte.

 Intérêts de l’espèce

  • Bonne tête d’assolement
  • Permet une bonne amélioration de la texture du sol, notamment grâce à son système racinaire, et contribue à l’augmentation de la teneur du sol en matière organique.
  • Niveaux d’intrants plutôt bas.
  • Gamme de précocité importante, qui permet de choisir une variété sans concurrence avec les autres chantiers, notamment pour la récolte.

Les variétés du catalogue français

Les variétés inscrites au catalogue français sont très nombreuses (environ 150) et se distinguent selon les critères suivants :

  • Précocité (fourchette d’environ 1 mois à l’épiaison)
  • Type : fourragère ou gazon
  • Ploïdie : Diploïde ou tétraploïde pour les fourragers et uniquement diploïde pour les gazons

Rendement moyen

Très variable entre variétés, entre 11 et 20 q/ha. Les variétés à gazon sont nettement plus productives (13 à 20 q) que les variétés fourragères (11 à 16 q). Certaines variétés à gazon peuvent atteindre 25 q/ha.

Pour en savoir plus

« Ressources documentaires » Ray-grass anglais