Le trèfle violet porte-graine

Multiplication de semences de trèfle violet

Le trèfle violet est la 2ème espèce fourragère multipliée en France après la luzerne. Les surfaces, réparties principalement en zone Centre et Centre Est, sont de l’ordre de 4000 à 6000 ha selon les années.

Fiche d’identité de l’espèce

Le trèfle violet est une légumineuse pérenne (Trifolium pratense) mais le plus souvent conduite annuellement en production de semences.

Il y a près de 30 variétés de trèfle violet inscrites au catalogue français et plus de 220 au catalogue européen, qui se répartissent entre le type diploïde (majoritaire) et le type tétraploïde.

Cycle de la plante

Cycle végétatif : après les feuilles cotylédonaires, la première feuille qui apparaît est ronde, puis les suivantes sont trifoliolées. La plante évolue progressivement vers un stade rosette. La racine pivotante emmagasine des réserves qui seront restituées à la sortie de l’hiver.

Les bourgeons axillaires situés à la base des tiges et à l’aisselle des feuilles permettent d’assurer le développement végétatif ou la repousse après une coupe. Chaque pied émet progressivement plusieurs tiges.

Cycle reproducteur : la date de début bourgeonnement dépend de la température et de la conduite avec ou sans précoupe. Chaque tige émet un capitule à son extrémité et des ramifications qui produisent à leur tour des capitules II ou III. La floraison s’étale sur 4 à 5 semaines avec un chevauchement des différentes phases : croissance végétative, mise à fleur, nouaison.

Maturité : la maturation des graines est atteinte environ 21 jours après la pollinisation. La récolte a lieu en août.

Exigences de la culture

Exigences réglementaires

Il existe des normes de qualité à respecter pour pouvoir certifier une production :

  • En culture : précédent, isolement, pureté d’espèces, pureté variétale
    Les précédents trèfle violet, luzerne ou minette sont interdits pendant les 3 années avant l’établissement d’un trèfle violet porte-graine. La réglementation impose des normes en culture pour la présence de rumex, mélilot, lychnis blanc et orobanche…
  • Sur semences :
    Faculté Germinative : 80 % minimum
    Pureté spécifique : 98 % minimum
    Teneur maximale en semences d’autres plantes : mélilot (0,3%), rumex (10 graines maxi / 25000 graines)…

Exigences vis-à-vis du sol 

  • Ph du sol de 5,5 à 8.
  • Sols bien drainés, à bonne réserve hydrique de type argilo- calcaire, ou argilo-limoneux où la pousse végétative est régulière.
  • Espèce relativement exigeante en potasse.

On évitera des parcelles trop sales présentant un risque de levées d’adventices difficiles à détruire (rumex en particulier …)

 Exigences vis-à-vis du climat

En phase d’installation, les températures fraiches ralentissent la croissance des plantules et peuvent compromettre l’installation en semis de fin d’été dans le cas de semis trop tardif. Une fois installé, le trèfle violet résiste bien au froid dans la plupart des régions françaises.

La mise à fleur est conditionnée par une longueur de jour de 14 h environ.

Demande une alimentation hydrique régulière et assez abondante en phase de floraison pour favoriser l’émission de capitules et éviter l’avortement des fleurs.

Par contre les excès d’eau prolongés en phase d’installation peuvent générer des problèmes d’asphyxie et les printemps trop humides favorisent une végétation exubérante, provoquant la verse et la gêne des pollinisateurs.

A maturité, la récolte nécessite des conditions très sèches pour permettre un battage efficace (extraction des graines).

Itinéraire technique de base

  • Implantation : régulière et homogène. Le plus souvent réalisée en sol nu en fin d’été ou sous couvert au printemps.
  • Désherbage anti-dicotylédone soigné à l’implantation.
  • Ravageurs : contrôle vigilant des apions après la précoupe pendant la phase de bourgeonnement à début floraison.
  • Récolte délicate quant au choix de la date d’intervention. Récolte directe après application d’un dessiccant, ou après fauchage-andainage.

 Intérêts de l’espèce

Excellente tête de rotation

  • La restitution d’azote est estimée à 60 U /ha pour la culture suivante..
  • Le système racinaire à pivot et la restitution d’humus sont bénéfiques à la structure du sol.

Culture relativement économique

  • Ne nécessite pas d’apport azoté,
  • La précoupe peut éventuellement être valorisée en fourrage mais ne doit pas être réalisée tardivement au détriment de la production de semence.
  • Dans certaines conditions, la culture peut être conservée en 2ème année de production ce qui génère un gain de de temps et d’énergie (travail du sol, matériel, carburant),

Contraintes de l’espèce

Culture à risque : la variabilité des conditions climatiques font peser une incertitude à différentes étapes de la culture en particulier à la levée en semis de fin d’été en l’absence d’irrigation, à la floraison et jusqu’à la récolte (risque sur le rendement grainier). Egalement, la parcelle et le lot de semence récolté doivent répondre aux exigences du Service Officiel de Contrôle.

Contraintes techniques : notamment pour la maîtrise des adventices et des ravageurs, l’irrigation, et la récolte (dessiccation, battage).

Rendement moyen

Le niveau moyen de rendement  est de 4 à 8 q/ha. Les variétés tétraploïdes ont un rendement généralement inférieur aux variétés diploïdes (-20 à -30%).

Pour en savoir plus

« Ressources documentaires » Trèfle violet